POSTUROLOGIE: Définition

( étude de la position érigée du corps , la façon de se tenir debout),
NEURO-ORTHOPEDIE

Dans un monde en pleine mutation, il paraîtrait logique que la prise en charge thérapeutique
de nos patients puisse être elle aussi en évolution.
Cette dernière est basée sur de meilleures connaissances du fonctionnement du cerveau
(progrès dans les neurosciences) sur l’intérêt grandissant que nous prodiguons à la
neuroplasticité cérébrale (capacité qu’a le cerveau à se modifier par des apprentissages).
Ces nouvelles données neuroscientifiques vont permettre de prodiguer des soins plus adaptés par une
approche globale et pluridisciplinaire dîte « neuro-orthopédique », restant complémentaire avec
l’orthopédie normale; elle consiste notamment à lutter contre la plupart des douleurs
musculo-squelettiques.

 

posturologie-homme

 

Les différents champs d’activité de cette discipline sont les pathologies locomotrices et
rhumatologiques, pathologies et mauvais rendement sportifs , troubles de l’équilibre,
instabilité et vertiges, céphalées fonctionnelles et migraines.
Pendant l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, des troubles cognitifs et des dyspraxies visuospatiales
peuvent apparaître ; ils rentrent en compte dans cette prise en charge thérapeutique.

Les douleurs vertébrales et rhumatismales peuvent toujours être améliorées par des
médicaments (antalgiques, anti-inflammatoires, myo-relaxants) ou même des manipulations
ou autres … mais, dans ces cas là traite-t-on la cause ou le symptôme?
Quelle est l’origine de ces douleurs? Comment comprendre leur étiopathologie? Existe-il une
thérapeutique plus adaptée, plus proche de l’étiologie? (ref. Dr Bernard Bricot)

Dans différentes manifestations qui vont de la scoliose à l’arthrose, en passant par les hernies
discales, la composante mécanique (donc posturale) est rarement prise en compte, elle reste
pourtant fondamentale.
Diverses techniques destinées à traiter ces différentes pathologies se sont développées ces
dernières années (mésothérapie, ostéopathie).

Il n’en reste pas moins que 50% de la population mondiale, souffre du dos et que plusieurs
dizaines de millions de journées d’arrêt de travail sont perdues chaque année en France .. ces
chiffres ne sont-t’ils pas le prix à payer d’une médecine plus symptomatique qu’étiologique?

Différents travaux ont permis de comprendre le rôle des déséquilibres du système tonique
postural dans diverses pathologies qui vont des vertiges et instabilités (véritable problème de
santé publique très fréquent chez les personnes d’un âge certain avec très souvent des
conséquences irréversibles pouvant aller jusqu’à la perte d’autonomie), incidents répétitifs et
altérations des performances chez les sportifs de haut niveau, en passant par les troubles
cognitifs et dyspraxies visuo-spatiales « terme générique regroupant la liste exhaustive des « DYS »,
entraînant des difficultés d’apprentissage scolaire, défauts d’assimilation, troubles de concentration. Ces jeunes patients en souffrance
seront de sérieux candidats potentiels aux scoliose, lordose, cyphose lors de la maturation
posturale et plus tard aux lombalgies, sciatalgies, rachialgies … Pourquoi ?
Qui est Le responsable de ces pathologies ?Le système tonique postural déréglé par des informations dénaturées issues des capteurs périphériques pathologiques : le pied, l’oeil, la bouche avec ses trois composantes (dents , mâchoires,  muscles de la langue et peauciers du visage), et la peau sont les principaux.

Ne négligeons pas  les facteurs psycho-émotionnel et alimentaire qui prennent  part  de
façon plus ou moins directe au dérèglement de cette posture.
L’homme est-il sensoriel ou cérébral ?
Il est  évident  qu’un cerveau non stimulé ne pourra se développer et fonctionner normalement … d’ou l’importance de la qualité des informations prises par les
différents exocapteurs (capteurs prenant des informations sur notre monde environnant).
Un capteur déréglé enverra des informations erronées au cerveau obligeant celui-ci à  s’
adapter en conséquence.