Techniques thérapeuthiques

Plusieurs techniques existent mais n’ont pas le même but thérapeutique, certaines se complètent.

Nous aborderons ici les méthodes de traitement du trouble oculo-moteur le plus fréquemment :  l’insuffisance de convergence.

Techniques classiques:

– Rééducation orthoptique : stimulation de la convergence par sessions renouvelables d’une  vingtaine de séances.

– Neuro-Vision : stimulation poursuite saccades par sessions renouvelables d’une vingtaine de séances.

Traitement par prisme(s) des hétérophories dans le but de compenser l’angle maximum de la déviation latente  du strabisme, intéressante uniquement quand le patient  ne peut être stimulé autrement ( âge du patient avancé, gros antécédents de traumatisme au niveau de la sphère orale bloquant la convergence  réf. Travaux du Dr PEREZ IIAMP Saint Genis Pouilly, orthopédiste mandibulaire)

Traitement par des prismes posturaux ( traitement du SDP ou Syndrôme de Déficience Postural et dyspraxies) ; Actuellement le manque d’études statistiques nous empêche de valider de façon rationnelle cette technique par laquelle  les référentiels posturaux sont modifiés .  Le cerveau réajuste les messages visuels modifiés par les prismes, on constate de  très rapides progrès, Certes,… mais qu’en est il à long terme ?  Quelques mois de prismation suffisent-ils  à  réactiver des voies neurologiques de façon non physiologiques?

S’il emprunte des voies non physiologique plutôt que  naturelles,  le système nerveux dépense plus d’énergie. Or , l’organisme travaille toujours  à l’économie  quand le réseau adéquate est disponible.  Si les muscles prévus à cet effet sont inéfficients,, l’organisme s’épuise à chercher de nouvelles réseaux.  Ce qui nous amène à la dernière technique : la Neuro-Orthoptie.

 

 

Autre technique

– La Neuro-Orthoptie : restauration du « Réflexe de convergence » sur des voies neurophysiologiques existantes.  Cette technique peut être efficace en une séance si le patient n’a pas de trop gros parasitages musculaires. Les plus délétères sont liés à la sphère orale et dus aux  activités importantes des muscles peauciers, lors du bruxisme (grincement de dents) et du clenching (serrement de dents) qui sont le reflet d’une perturbation psycho-émotionnelle. La deuxième condition à l’efficacité de cette technique est que  la position de l’appareil temporo-mandibulaire ( les mâchoires) ne soit trop  pathologique : elle l’est chez chez 8 personnes sur 10 ( sans douleurs ou dommages conscients).

Cette reprogrammation neuro-musculaire est possible grâce à l’existence de la Neuroplasticité Cérébrale.

On a longtemps pensé que le cerveau cessait de se développer chez l’homme vers ses 25 ans. . Mais si la plasticité du système nerveux diminue avec l’âge, elle reste effective jusqu’à la fin de la vie.  Même à un âge avancé, de nouveaux neurones et de nouvelles connections peuvent toujours se former.

Nous possédons tous un réseau de neurones comparables, avec les mêmes trajectoires de l’information et les mêmes types neuronaux dans des zones  identiques du cerveau.

Le cerveau est d’autant plus malléable que nous sommes jeunes. De nouvelles expériences viennent constamment corroborer cette hypothèse.

Chaque zone du cerveau présente une période de plasticité et est réceptive aux stimulations extérieures.

Entre la naissance et la majorité, le cerveau établit le maximum de connexions neuronales.

Mais la plasticité cérébrale reste effective jusqu’à la fin de la vie. La neurogénèse s’observe même chez les sujets âgés. Des neurones se créent dans certaines parties du cerveau, et de nouvelles connexions continuent de se mettre en place.

Le déclin des capacités cognitives et les pertes de mémoire chez les personnes âgées sont dus à un ralentissement de la vitesse de propagation des messages et à une irrigation sanguine moindre.

En vieillissant, il faut continuer à faire travailler son cerveau comme un muscle, en variant les types de stimulations, intellectuelles ou physiques.

A voir  « les étonnants pouvoirs de transformation du cerveau » ( Norman DOIDGE) pièce jointe dans rubrique Ressources Media